Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2001 : Numéro 9 — Conditions de logement et profil des enfants ayant une incapacité au Canada

Introduction

Le présent numéro du Point en recherche fait partie d’une série de documents portant sur les conditions de logement et les caractéristiques des Canadiens ayant une incapacité. Il traite des enfants (personnes âgées de moins de 15 ans) dans une telle situation. Les données utilisées pour la recherche sont tirées de l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités (EPLA) de 2001. Cette enquête est la plus importante réalisée au Canada sur les personnes ayant une incapacité. Dans le cas des enfants, elle nous renseigne sur les sujets suivants : la prévalence et la gravité de certains types d’incapacité, l’utilisation d’aides et les besoins insatisfaits dans ce domaine, l’impact de l’incapacité d’un enfant sur la famille et la participation de ce dernier à différentes activités du quotidien.

Définitions

Population ayant une incapacité étudiée dans le présent numéro

Le présent numéro du Point en recherche porte sur la population des enfants âgés de moins de 15 ans. Les données présentées ici sont différentes de celles du premier numéro en raison de divergences importantes entre le Recensement de la population de 2001 et l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités (EPLA) de 2001 sous l’angle de l’identification des personnes ayant une incapacité. Selon les estimations de l’EPLA de 2001, le nombre d’enfants de moins de 15 ans ayant une incapacité serait inférieur de 96 000 à celui établi grâce au Recensement de 2001. Cet écart s’explique par le fait que certains enfants identifiés dans le recensement comme ayant une incapacité ont été réputés sans incapacité dans les réponses aux questions plus détaillées portant sur des types précis d’incapacité intégrées au formulaire de l’EPLA de 2001. L’écart est également attribuable aux différences de couverture géographique : contrairement à l’EPLA de 2001, le Recensement de 2001 vise les habitants des territoires et les membres des communautés des Premières nations.

Incapacité et EPLA de 2001

L’EPLA de 2001 comporte des questions concernant des aspects précis de la vie quotidienne pour lesquels un enfant peut éprouver des difficultés permanentes à accomplir des activités convenant à son âge. On définit différemment les incapacités qui touchent les très jeunes enfants (de moins de cinq ans) de celles qui affectent les enfants âgés de cinq à quatorze ans.

Chez les enfants âgés de moins de cinq ans, l’incapacité est déterminée par :

  • l’existence de problèmes de santé chroniques, tels que l’asthme et la paralysie cérébrale, ou de besoins médicaux complexes qui limitent le genre ou le nombre d’activités auxquelles l’enfant peut participer;
  • des difficultés à entendre;
  • des difficultés à voir;
  • un retard de développement;
  • une limitation générale dans la capacité de participer à une activité normale pour les enfants de cet âge.

Chez les enfants âgés de cinq à quatorze ans inclusivement, l’incapacité est déterminée par :

  • l’existence de problèmes de santé chroniques qui limitent le genre ou le nombre d’activités auxquelles l’enfant peut participer;
  • des difficultés à entendre;
  • des difficultés à voir;
  • des difficultés à apprendre;
  • des difficultés à parler ou à communiquer;
  • des difficultés liées à la mobilité;
  • des troubles émotifs ou psychologiques;
  • une déficience intellectuelle;
  • une limitation liée à l’agilité;
  • une limitation générale dans la capacité de participer à une activité normale pour les enfants de cet âge.

Besoins impérieux en matière de logement

On dit d’un ménage1 qu’il éprouve des besoins impérieux en matière de logement s’il n’occupe pas un logement acceptable ou s’il ne dispose pas d’un revenu suffisant pour avoir accès à un tel logement. On considère qu’un logement est acceptable s’il est de qualité convenable, de taille convenable et de prix abordable.

  • Un logement est de qualité convenable si, de l’avis des occupants, il ne nécessite pas de réparations majeures.
  • Un logement est de taille convenable si le nombre de chambres est suffisant, compte tenu de la taille et de la composition du ménage, au sens des définitions figurant dans la Norme nationale d’occupation (NNO)2.
  • Un logement est abordable si le ménage y consacre moins de 30 % de son revenu avant impôt3.

On dit d’un ménage qu’il éprouve des besoins impérieux en matière de logement si son habitation n’est pas conforme à au moins une des normes d’acceptabilité (qualité, taille ou abordabilité) et si 30 % de son revenu total avant impôt serait insuffisant pour payer le loyer médian des logements acceptables (répondant aux trois normes) situés dans sa localité.

Tous les ménages ne sont pas pris en compte dans l’établissement des besoins impérieux en matière de logement. Les ménages agricoles, les ménages faisant partie d’une bande et les ménages vivant dans les réserves sont exclus, car les frais de logement de ces ménages ne sont pas recueillis lors du recensement. En outre, on ne peut pas évaluer les conditions de logement des ménages qui déclarent des frais de logement supérieurs à leur revenu, ou de ceux qui ont un revenu inférieur ou égal à zéro4. La SCHL considère que les conditions de logement de ces ménages sont impossibles à interpréter; elle a donc exclu les ménages concernés des analyses sur les conditions de logement.

Résultats

Caractéristiques générales des enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité

Répartition géographique On estime que le nombre d’enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité s’élève à 175 900 au Canada, ce qui correspond à un taux d’incapacité national de 3 %. Il existe des variations d’une province à l’autre, le taux le plus faible (2 %) étant relevé au Québec et le plus élevé (4 %), en Alberta (voir le tableau 1).

Tableau 1 Nombre d’enfants âgés de moins de 15 ans, Canada et provinces, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité Taux d’incapacité
CANADA 175 900 5 176 300 3,3 %
Terre-Neuve-et-Labrador 2 800 81 800 3,3 %
Île-du-Prince-Édouard 900 25 000 3,5 %
Nouvelle-Écosse 6 100 154 600 3,8 %
Nouveau-Brunswick 4 300 122 900 3,4 %
Québec 26 800 1 227 400 2,1 %
Ontario 75 700 2 090 600 3,5 %
Manitoba 7 400 174 000 4,1 %
Saskatchewan 5 300 141 700 3,6 %
Alberta 22 000 507 900 4,2 %
Colombie-Britannique 24 700 650 400 3,7 %
Source : EPLA de 2001

Âge et sexe

Le taux d’incapacité augmente avec l’âge et il est plus élevé chez les garçons que chez les filles (voir le tableau 2).

Tableau 2 Nombre d’enfants âgés de moins de 15 ans, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité, le groupe d’âge et le sexe, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité Taux d’incapacité
  Garçons Filles Les deux sexes Garçons Filles Les deux sexes Garçons Filles Les deux sexes
De 0 à 14 ans 110 800 65 100 175 900 2 632 500 2 543 800 5 176 300 4,0 % 2,5 % 3,3 %
De 0 à 4 ans 15 800 10 000 25 800 796 200 760 400 1 556 600 1,9 % 1,3 % 1,6 %
De 5 à 9 ans 43 800 24 600 68 400 905 200 876 800 1 782 100 4,6 % 2,7 % 3,7 %
De 10 à 14 ans 51 200 30 500 81 700 931 100 906 600 1 837 600 5,2 % 3,3 % 4,3 %
Source : EPLA de 2001

Nature de l’incapacité

L’EPLA de 2001 englobe le nombre et les types d’incapacité chez les enfants, ainsi que la gravité de chacune (indice fondé sur la nature et l’intensité des incapacités déclarées).

Enfants âgés de moins de cinq ans

Parmi les enfants âgés de moins de cinq ans ayant une incapacité, 68 % ont un retard de développement, tandis que 62 % ont au moins un problème de santé chronique5 (voir le tableau 3).

Tableau 3 Nombre d’enfants âgés de moins de cinq ans, selon le type d’incapacité, 2001
Type d’incapacité (Nombre) (%)
Incapacités, tous types confondus* 25 800 100,0
Problèmes de santé chroniques 16 100 62,4
Ouïe 3 100 12,0
Vision 2 000 7,8
Retard de développement 17 500 67,8
Limitation générale 24 200 93,8
* Les pourcentages peuvent totaliser plus de 100 %, puisque les personnes peuvent déclarer plus d’une incapacité.
Source : EPLA de 2001

Parmi les 16 100 enfants âgés de moins de cinq ans ayant des problèmes de santé chroniques, près de la moitié (46 %) sont atteints d’asthme ou d’allergies graves qui limitent le genre ou le nombre d’activités auxquelles ils peuvent participer (voir le tableau 4).

Tableau 4 Nombre d’enfants âgés de moins de cinq ans, selon le type d’état chronique, 2001
Type d’état chronique (Nombre) (%)
États chroniques, tous types confondus* 16 100 100,0
Asthme ou allergies graves 7 400 46,0
Maladie cardiaque 1 400 8,7
Diabète 1 500 9,3
Autisme 2 200 13,7
Paralysie cérébrale 2 900 18,0
Trouble déficitaire de l'attention, avec ou sans hyperactivité (TDA/H) 2 000 12,4
Syndrome de Down 1 400 8,7
Besoin de soins médicaux complexes 3 100 19,3
Autre problème de longue durée diagnostiqué par un professionnel de la santé 7 000 43,5
* Les pourcentages peuvent totaliser plus de 100 %, puisque les personnes
peuvent déclarer plus d’un problème de santé chronique.
Source : EPLA de 2001

Enfants âgés de cinq à quatorze ans

On signale des problèmes de santé chroniques et des troubles liés à l’apprentissage dans une proportion égale (65 %) chez les enfants âgés de cinq à quatorze ans (voir le tableau 5).

Tableau 5 Nombre d’enfants âgés de cinq à quatorze ans, selon le type d’incapacité, 2001
Type d’incapacité (Nombre) (%)
Incapacités, tous types confondus* 150 000 100,0
Problèmes de santé chroniques 97 900 65,3
Ouïe 20 300 13,5
Vision 14 200 9,5
Apprentissage 97 700 65,1
Parole et communication 64 400 42,9
Mobilité 20 100 13,4
Troubles émotifs et psychologiques 48 000 32,0
Déficience intellectuelle 45 100 30,1
Agilité 30 300 20,2
Limitation générale 139 300 92,9
Les pourcentages peuvent totaliser plus de 100 %, puisque les personnes peuvent déclarer plus d’une incapacité. Source : EPLA de 2001

Parmi les 97 900 enfants âgés de cinq à quatorze ans ayant des problèmes de santé chroniques, 48 % sont atteints d’asthme ou d’allergies graves et 45 % présentent un trouble déficitaire de l’attention, avec ou sans hyperactivité (voir le tableau 6).

Tableau 6 Nombre d’enfants âgés de cinq à quatorze ans, selon le type d’état chronique, 2001
Type d’état chronique (Nombre) (%)
États chroniques, tous types confondus* 97 900 100,0
Asthme ou allergies sévères 47 000 48,0
Maladie cardiaque 7 700 7,9
Maladie rénale 3 000 3,1
Cancer 1 400 1,4
Diabète 2 800 2,9
Épilepsie 6 200 6,3
Autisme 12 500 12,8
Paralysie cérébrale 6 800 6,9
Spina-bifida 1 800 1,8
Fibrose kystique 1 200 1,2
Dystrophie musculaire 1 200 1,2
Migraines 9 400 9,6
Arthrite ou rhumatisme 2 900 3,0
Paralysie de toute sorte 3 700 3,8
Bras, jambes, doigts ou orteils manquants ou présentant une malformation 4 300 4,4
Syndrome d’alcoolisme foetal 4 000 4,1 Trouble déficitaire de l'attention, avec ou sans hyperactivité (TDA/H) 43 700 44,6
Syndrome de Down 3 600 3,7
Besoin de soins médicaux complexes 8 900 9,1
Autre problème de longue durée diagnostiqué par un professionnel de la santé 39 000 39,8
* Les pourcentages peuvent totaliser plus de 100 %, puisque les personnes peuvent déclarer plus d’un problème de santé chronique.
Source : EPLA de 2001

Gravité de l’incapacité

On a construit des échelles différentes pour mesurer le degré de gravité des incapacités chez les enfants âgés de moins de cinq ans et chez les autres enfants (les cinq à quatorze ans).

Les enfants âgés de moins de cinq ans sont décrits comme ayant une incapacité de légère à moyenne ou de grave à très grave. Plus de la moitié des enfants de ce groupe d’âge (57 %) avaient une incapacité de légère à moyenne (voir le tableau 7).

L’échelle de gravité des incapacités pour les enfants de cinq à quatorze ans est divisée en quatre groupes : légère, moyenne, grave et très grave. Dans ce cas également, plus de la moitié des enfants (57 %) avaient une incapacité de légère à moyenne (voir le tableau 7).

Tableau 7 Nombre d’enfants âgés de moins de 15 ans, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2001
Gravité de l’incapacité De 0 à 4 ans De 5 à 14 ans
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Toutes incapacités confondues 25 800 100,0 150 000 100,0
De légère à moyenne 14 800 57,4 86 000 57,3
Légère s.o. s.o. 48 100 32,1
Moyenne s.o. s.o. 37 900 25,3
De grave à très grave 11 000 42,6 64 100 42,7
Grave s.o. s.o. 38 400 25,6
Très grave s.o. s.o. 25 600 17,1
Source : EPLA de 2001

Caractéristiques du logement des enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement

Environ 19 % des enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité vivent dans un ménage aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement, comparativement à environ 14 % des enfants sans incapacité (voir le tableau 8).

Tableau 8 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité, Canada et provinces, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Canada 33 800 19,2 713 800 13,8
Terre-Neuve-et-Labrador 700 25,0 11 000 13,4
Île-du-Prince-Édouard * * 2 000 8,0
Nouvelle-Écosse 1 500 24,6 22 200 14,4
Nouveau-Brunswick 600 14,0 10 800 8,8
Québec 4 400 16,4 144 400 11,8
Ontario 15 100 19,9 320 400 15,3
Manitoba 1 500 20,3 25 100 14,4
Saskatchewan 1 200 22,6 18 200 12,8
Alberta 3 300 15,0 54 600 10,8
Colombie-Britannique 5 300 21,5 105 100 16,2
* Données supprimées en raison de la taille de l’échantillon.
Source : EPLA de 2001

C’est à Terre-Neuve-et-Labrador que l’on observe la plus forte proportion (25 %) d’enfants ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux, le Nouveau-Brunswick étant la province où cette proportion est la plus faible (14 %). Dans l’ensemble des provinces, les enfants ayant une incapacité sont plus susceptibles de vivre dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement que les enfants sans incapacité.

Milieux urbain et rural

La proportion d’enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité et vivant en situation de besoins impérieux est plus élevée dans les régions urbaines (environ 20 %) que dans les régions rurales (environ 15 %) (voir le tableau 9).

Tableau 9 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité, Canada et provinces, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Toutes régions confondues 33 800 19,2 713 800 13,8
Régions rurales 4 800 14,6 89 400 9,1
Régions urbaines 29 000 20,3 624 400 14,9
Source : EPLA de 2001

Mode d’occupation du logement

Environ 39 % des enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité et habitant dans un logement locatif vivent dans un ménage en situation de besoins impérieux, comparativement à environ 8 % de ceux ayant une incapacité et habitant dans une propriété appartenant à un membre de la famille (voir le tableau 10). On observe des proportions à peu près équivalentes chez les enfants sans incapacité (34 % et 6 % respectivement).

Tableau 10 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité et le mode d’occupation du logement, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
  (Nombre) (%) (Nombre) (%)
Ensemble des logements 33 800 19,2 713 800 13,8
Logement appartenant à un membre de la famille 8 800 7,8 227 500 6,1
Logement locatif 25 000 39,3 486 300 34,1
Source : EPLA de 2001

Modifications visant l’accès au logement et l’intérieur du logement

Moins de 5 % des enfants âgés de cinq à quatorze ans6 ont besoin de modifications visant l’accès au logement et 9 % d’entre eux utilisent des dispositifs particuliers à l’intérieur de leur résidence, comme des barres d’appui ou un siège élévateur dans la salle de bains.

Caractéristiques démographiques et socioéconomiques des enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement

Âge et sexe

Quel que soit leur âge, les enfants ayant une incapacité sont plus susceptibles que les enfants sans incapacité de vivre dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement. La proportion d’enfants âgés de cinq à neuf ans ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux est de 21 %, comparativement à 14 % pour les enfants sans incapacité (voir le tableau 11).

Tableau 11 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité, le sexe et le groupe d’âge, 2001
Sexe Groupe d’âge Avec une incapacité Sans incapacité
    (Nombre) (%) (Nombre) (%)
Les deux sexes De 0 à 14 ans 33 800 19,2 713 800 13,8
  De 0 à 4 ans 4 800 18,6 231 600 14,9
  De 5 à 9 ans 14 500 21,2 246 900 13,9
  De 10 à 14 ans 14 500 17,7 235 300 12,8
Garçons De 0 à 14 ans 20 900 18,9 361 900 13,7
  De 0 à 4 ans 2 900 18,4 115 800 14,5
  De 5 à 9 ans 8 600 19,6 127 100 14,0
  De 10 à 14 ans 9 400 18,4 119 000 12,8
Filles De 0 à 14 ans 12 900 19,8 351 900 13,8
  De 0 à 4 ans 1 900 19,0 115 800 15,2
  De 5 à 9 ans 5 900 24,0 119 800 13,7
  De 10 à 14 ans 5 100 16,7 116 300 12,8
Source : EPLA de 2001

Chez les jeunes âgés de moins de 10 ans ayant une incapacité, les filles présentent une plus forte probabilité que les garçons de vivre dans un ménage en situation de besoins impérieux. Dans le cas des enfants âgés de 10 à 14 ans, par contre, les garçons ayant une incapacité sont plus susceptibles que les filles de vivre dans un ménage en situation de besoins impérieux (18 % et 17 % respectivement).

Situation du ménage

Environ 62 % des enfants ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement font partie d’une famille monoparentale, comparativement à 49 % des enfants sans incapacité (voir le tableau 12).

Tableau 12 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité et la situation du ménage, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Situation du ménage, toutes situations confondues 33 800 100,0 713 800 100,0
Enfant vivant avec un couple marié 9 500 28,1 289 000 40,5
Enfant vivant avec un couple en union libre 2 100 6,2 70 200 9,8
Enfant vivant dans une famille monoparentale (dirigée par un homme) 1 500 4,4 28 700 4,0
Enfant vivant dans une famille monoparentale (dirigée par une femme) 19 500 57,7 318 600 44,6
Enfant vivant comme une personne hors famille de recensement 1 000 3,0 7 300 1,0
Situation du ménage inconnue 200 0,6 100 0,0
Source : EPLA de 2001

Statut d’immigrant

Parmi la population d’enfants vivant dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement, la proportion d’immigrants est de 6 % chez les enfants ayant une incapacité, comparativement à 12 % chez les enfants sans incapacité (voir le tableau 13).

Tableau 13 Enfants âgés de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité, le statut d’immigrant et le groupe d’âge, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Tous statuts d’immigrant confondus 33 800 100,0 713 800 100,0
Non-immigrants 31 800 94,1 631 700 88,5
Immigrants 2 000 5,9 82 100 11,5
Source : EPLA de 2001
Aux fins de la présente analyse, les ménages canadiens
comptant au moins une personne âgée de moins de
15 ans ont été classés selon leur revenu avant impôt et
répartis en cinq groupes égaux (quintiles), de la manière
suivante :
Revenu très élevé : 93 102 $ ou plus
Revenu élevé : 67 061 $ à 93 101 $
Revenu intermédiaire : 48 414 $ à 67 060 $
Revenu modéré : 30 257 $ à 48 413 $
Revenu faible : Moins de 30 257 $

Revenu du ménage

Quelle que soit leur situation vis-à-vis de l’incapacité, la majorité des enfants en situation de besoins impérieux en matière de logement vivent dans un ménage faisant partie du quintile de revenu faible. Toutefois, les enfants ayant une incapacité sont proportionnellement plus nombreux que les enfants sans incapacité à se retrouver dans cette situation (84 % et 77 % respectivement) (voir le tableau 14).

Tableau 14 Personnes âgées de moins de 15 ans vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, selon la situation vis-à-vis de l’incapacité et le quintile de revenu du ménage, 2001
  Avec une incapacité Sans incapacité
(Nombre) (%) (Nombre) (%)
Tous quintiles de revenu confondus 33 800 100,0 713 800 100,0
Revenus très élevé, élevé et intermédiaire (48 414 $ ou plus) * * 10 900 1,5
Revenu modéré (de 30 257 $ à 48 413 $) 5 000 14,8 152 000 21,3
Revenu faible (moins de 30 257 $) 28 400 84,0 550 900 77,2
Source : EPLA de 2001

Impact sur la capacité des parents à travailler à l’extérieur du foyer

Les parents ou les tuteurs d’environ 25 % des enfants qui vivent dans un ménage aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement lient leurs problèmes d’argent à l’incapacité de leur enfant. La présence d’un enfant ayant une incapacité influe sur la décision d’un parent ou d’un autre membre adulte de la famille de travailler à l’extérieur du foyer. L’incapacité de l’enfant a souvent (59 % des répondants) des répercussions sur les décisions liées au travail d’au moins un membre de la famille. Les parents des quelque 19 900 enfants ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux ont indiqué ce qui suit :

  • au moins un parent ou membre de la famille n’a pas accepté un emploi afin de s’occuper de l’enfant (61 % des répondants);
  • au moins un parent ou membre de la famille a cessé de travailler pour une raison autre qu’un congé parental (42 % des répondants);
  • au moins un parent ou membre de la famille a changé ses heures de travail (54 % des répondants);
  • au moins un parent ou membre de la famille a refusé une promotion ou un meilleur emploi (30 % des répondants);
  • au moins un parent ou membre de la famille a réduit ses heures de travail (56 % des répondants);
  • la mère a modifié sa situation professionnelle (71 % des répondants).

Sommaire des résultats

Enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité

Caractéristiques générales

  • À l’échelle du Canada, 3 % des enfants âgés de moins de 15 ans ont un certain degré d’incapacité, le taux le plus faible étant relevé au Québec (2 %) et le plus élevé, en Alberta (4 %).
  • Le taux d’incapacité est plus élevé chez les garçons que chez les filles (4 % et 3 % respectivement).
  • Les incapacités les plus souvent nommées chez les enfants âgés de moins de cinq ans sont le retard de développement (68 %) et les problèmes de santé chroniques (62 %).
  • Les deux incapacités les plus souvent déclarées pour les enfants âgés de cinq à quatorze ans sont les troubles liés à l’apprentissage et les problèmes de santé chroniques (65 % chacun).
  • Parmi les enfants ayant des problèmes de santé chroniques, 46 % de ceux âgés de moins de cinq ans et 48 % de ceux âgés de cinq à quatorze ans sont atteints d’asthme ou d’allergies graves qui limitent le genre ou le nombre d’activités auxquelles ils peuvent participer.
  • La plupart (57 %) des enfants ayant une incapacité ont une incapacité de légère à moyenne.

Enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement

Caractéristiques du logement

  • Dix-neuf pour cent des enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité vivent dans un ménage en situation de besoins impérieux en matière de logement, comparativement à 14 % des enfants sans incapacité. C’est à Terre-Neuve-et-Labrador que l’on observe la plus forte proportion (25 %), le Nouveau-Brunswick étant la province où elle est la plus faible (14 %).
  • Vingt pour cent des enfants âgés de moins de 15 ans ayant une incapacité qui habitent dans une région urbaine vivent dans un ménage aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement, comparativement à 15 % de ceux qui résident dans une zone rurale. Ces proportions sont supérieures à celles des enfants sans incapacité qui habitent en milieu urbain ou rural (15 % et 9 % respectivement).
  • Trente-neuf pour cent des enfants ayant une incapacité qui habitent dans un logement locatif vivent dans un ménage en situation de besoins impérieux, comparativement à 8 % de ceux qui résident dans une propriété appartenant à un membre de la famille.

Caractéristiques démographiques et socio-économiques

  • Quel que soit leur âge, les enfants ayant une incapacité sont plus susceptibles que les autres enfants de vivre dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement.
  • Soixante-deux pour cent des enfants ayant une incapacité qui vivent dans un ménage aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement font partie d’une famille monoparentale.
  • Quatre-vingt-quatre pour cent des enfants ayant une incapacité qui vivent dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement proviennent d’un ménage ayant un revenu compris dans le quintile inférieur (moins de 30 257 $ en 2000).
  • Pour 59 % des enfants ayant une incapacité et vivant dans un ménage en situation de besoins impérieux, les parents signalent que l’état de l’enfant a eu une incidence sur leur décision ou sur celle d’un autre membre de la famille de rester à la maison, ce qui a eu tendance à réduire le revenu familial.

Directeur de projet à la SCHL : Jeremiah Prentice

Recherche sur le logement à la SCHL Aux termes de la partie IX de la Loi nationale sur l’habitation, le gouvernement du Canada verse des fonds à la SCHL afin de lui permettre de faire de la recherche sur les aspects socio-économiques et techniques du logement et des domaines connexes, et d’en publier et d’en diffuser les résultats. Le présent feuillet documentaire fait partie d’une série visant à vous informer sur la nature et la portée du programme de recherche de la SCHL.

1 Par ménage, on entend un ménage privé. Les personnes résidant dans un logement collectif (voir le Dictionnaire du recensement de 2001,
no 92-378-XIF au catalogue, pages 213-217) sont, par définition, exclues.

2 Selon la NNO, « suffisamment de chambres » signifie une chambre par couple d’adultes; par personne seule de 18 ans ou plus faisant partie du
ménage; par couple d’enfants de même sexe âgés de moins de 18 ans; et par fille ou garçon additionnel dans la famille, sauf s’il y a deux enfants de sexe
opposé âgés de moins de cinq ans, qui peuvent alors partager la même chambre. Un ménage composé d’une personne seule peut occuper un studio
(c’est-à-dire un logement sans chambre distincte).

3 Par frais de logement, on entend :

  • pour les locataires, le loyer ainsi que les paiements effectués pour l’électricité, le combustible, l’eau et les autres services municipaux;
  • pour les propriétaires, les versements hypothécaires (principal et intérêt), l’impôt foncier et, s’il y a lieu, les charges de copropriété, ainsi que les
    paiements effectués pour l’électricité, le combustible, l’eau et les autres services municipaux. Les frais liés à l’entretien et aux réparations sont exclus.

4 Le recensement ne recueille pas de données sur les frais de logement des ménages agricoles, car les dépenses de ces derniers liées à leur résidence et aux
autres bâtiments de leur ferme sont parfois indissociables, pas plus qu’il ne recueille de données sur les frais de logement des ménages vivant dans une
réserve, vu que ces frais sont pris en charge par leur bande. Parmi les 30 007 094 personnes dénombrées lors du Recensement de 2001, 27 696 215
vivaient dans des ménages non agricoles hors réserve et affichaient un rapport frais de logement-revenu (RFLR) interprétable. Les données sur le revenu
recueillies lors du Recensement de 2001 sont celles de l’année civile ayant précédé le recensement (2000 dans le cas présent), tandis que les données sur
les frais de logement sont celles de 2001. Les RFLR sont établis directement à partir de ces données, en comparant les frais de logement avec le revenu
de l’année précédente.

5 Voir la liste des problèmes de santé chroniques au tableau 4.

6 On n’a pas posé ces questions aux parents et tuteurs d’enfants âgés de moins de cinq ans ayant une incapacité.

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)